Blogue

1 AVRIL 2020

La Craque

Avril 2020,

            Difficile de passer à côté de ce qui se passe dans le monde actuel …… Eh! Oui!  La vie a mis cette pandémie de la COVID 19 sur notre chemin ! Bon, je l’ai dit voilà, c’est tout …Non, non, mon texte ne portera pas sur la maladie. Avez-vous lu le titre ? « Ta craque » c’est pas une nouvelle maladie ça! Quoi que …

          Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me donne l’opportunité de prendre une pause. Oui, tout à fait, une PAUSE !!!!! Saviez-vous que dans l’industrie de la coiffure, les vacances ce n’est pas très populaire ??? Attendez, je vous raconte.

           Il y a longtemps, dans « l’ancien temps », je croyais que je ne pouvais prendre que quelques jours, maximum une semaine par année de vacances. Croyance populaire vous me direz, eh bien oui !!!

            Voici les pensées qui me hantaient sans relâche : on doit être disponible le plus souvent possible pour notre clientèle, les repousses (craques) ne prennent pas de vacances. Que dire des toupets qui allongent plus vite que tout le reste …. Non mais, sérieux, le toupet ne pousse pas plus vite et les fameux tours d’oreilles! Ça pousse, ça pousse, ça finit pus de pousser. Parenthèse, vous savez que les cheveux poussent de ¼ de pouce à ¾ de pouce par mois? Non, ben là vous le savez, fermez la parenthèse. Avec toutes ces pensées, je me mettais à faire de l’anxiété. Si je prends des vacances, mes clients qui ont besoin de moi :

(En voici quelques images verbales) :

-Ils vont se couper les cheveux tout seuls, avec les ciseaux de cuisine ou un ami va leur raser la tête…

-Ma clientèle va aller à la pharmacie s’acheter toutes sortes de trucs qui vont abîmer le travail que j’ai fait en salon…                                                                                 

-Pire encore, ma clientèle va changer de salon et reviendra pus …

                        Et là, le tourbillon de stress commence : perdre des clients, baisse de revenu etc… Finies les vacances, on n’y pense même pas, je ne fais pas un métier pour ça !!!! Wohhhh!!! On se calme, ça va le contrôle capillaire de tes clients. Il faut lâcher prise. Ouin, pas facile mais ça mérite d’être dit !

Et puis : BANG! PANDÉMiE !!!!!

                        Vacances obligatoires…. Ouin, je sais, ce n’est pas une semaine dans les caraïbes, dans un chalet pour la pêche ou un road trip dans l’ouest.

                        Je crois, vous êtes bien en accord avec moi, que les vacances c’est aussi fait pour RELAXER, se REPOSER, RESPIRER, PASSER DU TEMPS AVEC LES ENFANTS ETC ……

                        Je retourne d’en « l’ancien temps », oui, ce avant où on oubliait de dormir, de relaxer, où c’était la course contre la montre, où l’on oubliait de profiter des petites choses de la vie, assoiffé de toujours avoir plus, pis plus, pis encore plus! Au moment où la peur de prendre des vacances ou pas était une source négative, de stress et même de conflit.

                        Moi je vous dis ça de même, mais à force de prendre à peine une semaine par année de vacance, je suis devenue en perte de contrôle ou plutôt une forme de robot, comme ci je n’avais pas le droit à cette récompense annuelle, car moi je m’amuse en travaillant……. ALLOOOOO! Je suis un humain moi là, je peux tu m’amuser ailleurs qu’alentour de ma chaise ????

                        BOOM! Il y a 3 ans j’ai éclaté, j’ai pris la décision que tranquillement j’intégrerais une semaine de plus à chaque année. Vous avez deviné que je suis rendu à 3 semaines !!! J’entends les coiffeurs(euses) dirent, ben voyons est folle !!!!! Ce que je réponds à ça et c’est personnel ne l’oubliez pas, j’ai décidé de me choisir et de me respecter, car j’ai une date d’expiration et je veux profiter de la vie !!!

Ce que je me suis dit?

                        Oui, tu vas sûrement perdre des clients et ça ne fera pas le bonheur de tous. Mais toi ton bonheur il est où ??? Je profite de mes vacances pour recharger mes batteries autant en énergie qu’en créativité, je profite même de ce temps pour améliorer mon entreprise. N’ayons pas peur, notre clientèle aime notre signature, notre personnalité, nos idées, nous sommes plus que de simples coiffeurs pour eux !!!

                        Je suis de retour au moment présent, aujourd’hui la vie nous donne du temps, tsé ce qu’on est pas capable d’acheter chez Costco ……..

 Cher entrepreneur, mets à profit ce merveilleux temps. Tu as réussi à te lancer en affaires … tu es capable de mettre de la magie sur cette belle pause bien méritée!

À bientôt!

Val La Multipassionnée

15 AVRIL 2020

« La boucane »

(Le texte que vous vous apprêtez à lire n’est qu’un épisode de ma vie personnelle que j’avais le goût de partager avec vous, n’y voyez aucun jugement chers amis fumeurs!)

         J’avais 12 ans, j’entrais au secondaire…. Wow! J’étais une adolescente ! Je m’étais réveillée ce matin-là, convaincue que pendant la nuit, une transformation s’était faite, j’étais enfin devenue une adolescente. Oui! Oui! C’est le jour même de la rentrée que tu deviens une ado! Bon, je sais, ça n’a pas de sens, mais à l’époque, c’est ce que je croyais !!!

          Pour moi, l’école était un lieu de réconfort, de bien-être. Malgré mes difficultés académiques, je m’y sentais à l’aise et heureuse. L’amitié était d’une importance vitale à cette étape de ma jeune existence.  J’étais avide de faire de nouvelles expériences, avide de fréquentations. À cet âge, on se cherche, on explore plusieurs avenues. On tente de définir notre identité, de se forger une image, une personnalité.  C’est l’âge de l’initiation !!

         Quelque part entre 1988-1989, j’ai donc allumé ma première clope….. Là, j’étais comme le reste de ma gang!  Enfin acceptée! Fumer dans les années 80 était très diffèrent de ce que la boucane représente aujourd’hui. Considérant que plus de la moitié de la population à cette époque, avait essayé au moins une fois d’inhaler ce cylindre rempli de feuilles de tabac.

         Pendant mes 6 années de secondaire, (vous vous souvenez que j’avais des difficultés académiques!), la cigarette fût ma plus fidèle amie. Elle me suivait partout. Elle s’installait dans ma routine de vie. Elle avait même réussi à me convaincre que j’avais vraiment besoin d’elle à tout moment. Il y avait un lien étroit entre elle et mes émotions. La dépendance s’est installée sournoisement.

         J’ai fumé pendant 23 ans, sauf pendant ma grossesse et quand j’allaitais. Ensuite, j’ai recommencé…. Pourquoi? Eh bien, parce que j’étais prisonnière! J’ai essayé mainte et mainte fois de me défaire de cette dépendance. Je croyais que ce serait facile. Je me disais que c’était juste une mauvaise habitude, mais c’était plus que ça. Griller une clope menait ma vie. Je vous explique : Je calculais le temps, entre mes allées et venues, mes rendez-vous avec mes clientes, pour avoir le temps de fumer entre chacun. En soirée, je comptais le nombre de cigarettes qui me restait dans mon paquet, pour m’assurer que le lendemain matin j’en aurais assez avec mon café. J’étais esclave de ce petit bout de tabac, qui me procurait … qui me procurait quoi en fait? Ceux qui n’ont jamais fumé auront peut-être de la difficulté à comprendre ce qui suit. Quand j’inhalais cette boucane j’avais la sensation de prendre une pause, un genre de temps d’arrêt. Quand j’en grillais une, j’avais l’impression de relaxer, de relâcher, de rêvasser, de m’évader…. Mais c’était le contraire, j’étais prisonnière!

         En 2011, j’en ai finalement eu assez. Je me suis mise au défi de trouver une solution pour me défaire une fois pour toutes de cette chaine: ma dépendance au tabac.

         Je me suis d’abord donné des raisons pour me motiver à cesser. En voici quelques-unes : il y a bien sûr la question monétaire, j’avais l’impression de brûler mon cash (jeu de mots!), de sentir continuellement la cigarette et d’incommoder mes clients, de manquer de cardio pour me remettre en forme (moi qui jadis aimais bien l’activité physique). Pas simple de se convaincre soi-même, car il y avait aussi la fameuse croyance qui dit qu’arrêter de fumer égale engraisser! Pas possible…La peur nous envahit, surtout nous les filles, la maudite peur de prendre quelques kilos! Difficile de s’enlever ça de la tête! Il fallait juste m’assurer de ne pas changer une dépendance par une autre!  Â force d’arguments, j’ai fini par me convaincre moi-même! Après tout, écider d’arrêter, c’est beaucoup plus facile qu’essayer de ne pas recommencer!

         En octobre de cette même année, je me suis fixé une date, LA DATE! Ce serait le 4 novembre !!  J’ai choisi ce qui allait être mon meilleur allié dans cette quête de remise en forme: le Champix! Cette fameuse molécule qui aide au sevrage en agissant sur le cerveau, qui aide à soulager les symptômes du manque. J’étais en mode solution!

         Le 23 octobre, j’étais à l’aéroport de Montréal, je faisais mes emplettes aux hors-taxes avant de prendre mon vol pour Punta Cana. J’ai regardé devant moi le grand mur tapissé de couleur et j’ai choisi ma couleur préférée :  bleu « Export A medium »! Ce serait mon dernier « cartoon » à vie! Que les vacances commencent! Soleil, pina colada, mer et bien sûr, mon paquet de cigarettes. Pendant ce séjour, j’ai fumé comme s’il ni avait pas de lendemain.  On se calme, je n’ai pas brûlé 25 clopes par jour, mais j’ai quand même fumé le double de ce que j’avais l’habitude de fumer! Je suis revenue avec 2 paquets…

         À mon retour, j’ai mis mon plan en action et le 4 novembre 2011, tel que prévu, j’ai écrasé ma dernière cigarette! Ça n’a pas toujours été facile, mais j’ai réussi !!!!

         J’ai bien sûr dû accepter que mon corps change, mais ça a été pour le mieux. Ce qui m’a aidé, c’est que dès le début, je me suis remise à l’activité physique. Aujourd’hui encore, je fais de la course a pied, je m’entraîne à la boxe olympique (j’ai même été formée comme entraîneur !). Je suis maintenant une « ex-détenue » de la prison du tabagisme et je célébrerai bientôt le 9e anniversaire de cette nouvelle vie sans fumée!

         Je termine en vous disant que la motivation y était, qu’elle m’a amené à prendre une décision et qu’ensuite, j’ai trouvé la solution pour me mettre en action. Pour moi, cette phrase parle d’elle-même et c’est ma marche à suivre dans plein de sphères de ma vie! C’est maintenant ça qui m’allume!

Enfin, je respire!

Val La Multipassionée

« Le Calme »

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est val-calme.jpg

Mai 2020

        Je vous ai raconté dans mon premier article ma définition de vacances. (Qui est probablement la réalité pour bien des entrepreneurs de la beauté/soin capillaire). Tu ne sais pas de quoi je parle? Alors avant de continuer, va lire mon article intitulé « La craque » et reviens après !

Dans le même ordre d’idée je trouve que le mot « calme » s’harmonise bien avec vacances. Et toi tu en pense quoi?

Où est le calme? Je cherche le calme!

                Étant une TDAH non-diagnostiquée …je t’explique; tsé le genre de fille qui écoute un film avec son chum en taponnant sur son cellulaire, pliant une brassée de linge propre et qui se lève au 2 mins pour faire autre chose car une idée lui a traversé l’esprit. La fille qui entreprend de faire du ménage le lundi matin et déroge de sa ligne directrice toutes les 10 mins car tout la stimule. Et dormir est un dossier chaud, mes heures de sommeil sont courtes depuis toujours, mais je suis fonctionnelle, une chance. J’ai tenté plusieurs choses pour décrocher, me détendre mais la façon la plus rapide et efficace sont les voyages….

                Vous me direz, oui mais en vacances on met tout à off. Ouin mais ce n’est pas juste les vacances c’est de partir en voyage à l’étranger. La où je me fais bercer par les vagues, que je me mets au même diapason des gens qui y vivent. Je réussis même à faire des siestes en après-midi. Lire 2 romans en une semaine. Profiter de l’instant présent et là, le calme m’envahit !!!!! On recharge les batteries, je respireeeee, je suis CALME!

                 Depuis 2017, plusieurs fois par année, j’attends avec hâte ce pur moment de bonheur, de détente tant appréciée. Après quelques semaines de retour à la vie normale, mon hyperactivité recommence de plus belle……. Je me dis qu’avec ma quarantaine avancée je vais surement ralentir, me calmer un moment donné ???? Si tu me connais, tu te demandes comment je pourrais y arriver au quotidien, (même ceux qui me connaissent, je les étourdis! hahaha !!!!)

                Je suis toujours à la recherche de calme. Depuis quelques temps, je me pose cette question : Pourquoi cherches-tu un calme extérieur? Réponse spontanée sans réfléchir plus loin; L’environnement me parle beaucoup, celle-ci influence mon intérieur et ça me fait du bien. Mon questionnement s’est arrêté là. L’humain est fait comme ça, on se questionne, on trouve une réponse correcte, on l’accepte et on passe un autre appel. Avec mon emploi du temps qui m’étourdit, ce plan est parfait et me semble efficace, du moins pour le moment. Voilà c’est réglé. NON ce n’est pas réglé, voyons la grande ….

Je suis en confinement, oui je sais, toi aussi, même la planète est en break !!!

                L’anxiété, la peur, le stress, un trio d’enfer pendant mes premières semaines. Je me sentais comme une brebis égarée, zéro repère et désorganisation totale …. Sérieux je ne vais pas passer mon confinement dans cette énergie négative, j’ai besoin de calme. Ça suffit, je n’ai pas le pouvoir de changer l’extérieur, mais j’ai la conviction profonde que ma façon de penser m’appartient et que mes journées je peux les vivres comme je le veux.

                J’ai donc décidé de me recréer le calme que mes voyages me procurent, comme si j’étais en vacances. Bien non, j’ai pas installé un hôtel dans ma cour avec des palmiers, du sable et des pina colada ….. Je suis allée plus dans ma réflexion. Je dois m’installer une nouvelle routine, mais pour moi. Quand je suis en voyage c’est pour moi. Musique, lecture, bonne bouffe, repos, prendre soins de moi, voici la liste que j’ai ajouté à ma nouvelle vie de calme. À quoi ressemble mes journées…. Tu aimerais savoir ?

                Je me suis installé un magnifique bureau de travail à la maison. J’y consacre une moyenne de 4 heures par jour. Je le fais écoutant ma musique, en apprécient la vue de ma fenêtre sur mon havre de paix. Je fais quelques heures de lecture par semaine, ce qui me permet de rêvasser confortablement installer sur mon divan. J’essaie de nouvelles recettes, j’adore cuisiner alors je m’y amuse, j’explore certaines saveurs internationales. Je prends soin de moi, je médite, je m‘entraîne et je m’en passerais pu !!!! Je profite de chaque instant, je respireeeee, je suis rempli de gratitude. Je suis reconnaissante de vivre dans l’abondance, de ma famille, de mes amis et surtout de la santé, cette belle grande richesse.

 Voila, il est où le calme?

Il est à l’intérieur de moi, de toi, de chacun d’entre nous. Moi TDAH non diagnostiqué, je respire tranquillement, dors un peu mieux, relaxe et savoure le moment présent.

                Pour moi, tout est parfait, j’ai trouvé le calme. Maintenant je dois garder le cap pour le après, oui oui le après ma nouvelle vie!

Ça va bien aller !

Bisou

Val Lamultipassionnée

%d blogueurs aiment cette page :